Parler et écrire

14 janvier 2020

Il faut savoir avaler des couleuvres

1/ Prendre un serpent long comme le bras 2/ Le glisser dans la gorge 3/ Avaler sans mâcher

Cela doit faire très mal et pourtant nousle faisons tous les jours. Je ne sais pas comment nous faisons mais nous faisons.

Dans cette expression, il n'est jamais question de la douleur de l'animal ainsi avalé. Il souffre lui aussi, il s'asphyxie.

Y a t-il suffisamment de couleuvres en France pour qu'on puisse en gâcher en les avalant toutes crues ? La SPA est-elle si peu soucieuses de ses NAC qu'elle ne dit rien ? Tiens, la SPA, la Société Protectrice des Animaux... L'Homme n'est-il pas lui-même un animal ? Donc, en ne protégeant pas les couleuvres, Société Protectrice des Animaux ne cherche t-elle pas à protéger l'Homme tout simplement ?

Ah, l'Homme ! Cet être qui avale des couleuvres et qui en fait avaler à ses semblables.

Posté par Augustine Lieber à 11:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]


04 janvier 2020

Peut-être ou peut-être pas

On ne va pas se mentir, je pense être enceinte. Non, j'espère être enceinte. Tellement que ces derniers années, j'ai eu plein de grossesses nerveuses. Je viens de lire un bref article sur les grossesses nerveuses, c'est fou comme phénomène. Ce que la pysché peut vous faire croire. Oui, j'ai tout le temps l'impression qu'un enfant grandit en moi. Je le veux tellement que je le ressens.

Après tout, quelles chances ai-je d'être enceinte ? Oui, on a un peu fricoté le 23 décembre au soir. Avant qu'il ne parte en vacances avec sa femme. Mais ça fait un moment qu'il bande mou. Ou plutôt,il débande au moment de la pénétration. Je pense que je ne l'attire plus.

Il parait que le traitement pour une grossesse nerveuse est psychologique. Je ne sais pourquoi, je me vois mal aller voir quelqu'un pour lui dire : voilà, j'aimerais tellement avoir un enfant que je pense que j'en ai un. Comme si les enfants apparaissaient par l'opération du Saint-Esprit. Il suffit d'y penser très fort et hop, ils arrivent. Ce n'est pas sérieux. Certes,j'approche de la quarantaine et j'aimerais vraiment avoir des enfants. Mais je voudrais que mon corps ou mon esprit ne me joue pas des tours. Entre demain et mercredi,je devrais avoir mes règles. Peut-être que la contraction de mon bas-ventre est juste un syndrome prémenstruel.

J'ai interrogé les dernières femmes enceintes que j'ai rencontrées et la contraction du bas-ventre ne fait pas partie des symptômes. Alors, quoiqu'il se passe, jeudi j'aurais mes règles. Alors,je ferai mieux de passer à autre chose au lieu de vivre en apnée comme je le fais depuis ce matin. Il est 14:23 et je ne suis même pas encore levée. Il faut que je vive car demain j'aurais mes règles. D'ailleurs, il faudra que je me lève suffisamment tôt pour aller acheter des garnitures.

Il est clair qu'il faut que je me fasse une raison. Mais en même temps, tant que les règles ne sont pas encore arrivées, on peut toujours avoir de l'espoir ? Je vais continuer à espérer même si mon ventre me fait mal. Après tout, ai-je le choix ? Comment faire pour lutter contre les grossesses nerveuses, à part attendre l'âge de la ménopause.

Posté par Augustine Lieber à 14:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 décembre 2019

La chasse à qui-vous-savez

Non, ce n'est pas Voldemort. Pas une chimère, pas une licorne. Non, il s'agit d'un homme. Le même depuis 10 ans.

Cette fois, je m'arrangeais pour le chasser sur ses terres. Là où il aime passer ses vacances. Le salaud, il ose partir en vacances sans moi alors qu'il part aujourd'hui avec sa femme, le salaud.

Parfois, je me dis que la solution serait de le tuer. Oui, au moins, une fois mort, je ne le désirerai plus.

Je ne suis pas tombée sur eux, mais ce n'est que partie remise. Je les traquerai et les trouverai un jour ou l'autre.

Ceci dit, Lamballe est une très belle ville. N'eût été le connard de bus Macron qui m'a fait un doigts d'honneur, c'eût été une très belle journée.

Mathilde désapprouve ma démarche. Elle pense que je dois subir sans me révolter. Comment peut-elle penser ça ? Depuis quelques jours, je dépéris, je me suis même remise à boire. Je suis au whisky. Je n'ai pas trouvé d'autres manières de calmer ma douleur.

Je n'aime même pas ça le whisky.

C'est une fuite en avant, je ne sais comment tout cela finira. Mais j'ai hâte que ça se termine. D'une façon ou d'une autre,ça doit se terminer.

Le whisky, c'est trop dégueulasse mais c'est un anti-dépresseur efficace. Une fois que j'ai bu, je ne pense plus à rien. Je profite juste de ce moment de bonheur où je ne pense plus à rien.

La perspective d'avoir un enfant s'éloigne.

Posté par Augustine Lieber à 17:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 décembre 2019

Premier post

Je suis la personne la plus solide de ma vie.

C'est pourquoi c'est à moi de pourvoir à mes besoins. J'ai besoin d'avoir un enfant.

Je dois y pourvoir seule.

Je vais faire une demande pour une insémination artificielle.

Je vais voir ce que ça donne.

Posté par Augustine Lieber à 11:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]